STOP à la spéculation alimentaire !

Trefwoorden:

Suite à la décision de la banque BNP Paribas de suspendre certains de ses fonds spéculatifs, le gouvernement belge doit maintenant prendre le relais.

speculatie

Selon un rapport intitulé "Ces banques françaises qui spéculent sur la faim" publié le 12 février par Oxfam France, les principales banques françaises détenaient en 2012 au moins 18 fonds leur permettant de spéculer sur les marchés des matières premières, pour un montant de quelque 2,5 milliards d’euros.

BNP Paribas contrôlait à elle seule plus de la moitié de ces fonds, pour un montant total de 1,4 milliard d’euros. Depuis la flambée des prix des denrées alimentaires de 2007 et 2008, Oxfam demande de réguler la spéculation financière sur ces matières premières.

Hausses spectaculaires

Les marchés de matières premières agricoles, particulièrement rentables pour les spéculateurs, se financiarisent en effet massivement depuis quelques années. Cette financiarisation provoque régulièrement des pics dans les prix alimentaires tels que ceux qui ont pu être observés en 2008, 2010 et 2012. Entre février 2005 et février 2008, les prix alimentaires ont augmenté de 83% en moyenne, enregistrant des hausses records de 191% pour des denrées de base comme le blé. Ces violentes fluctuations des prix affectent de façon disproportionnée les ménages les plus pauvres des pays du Sud, qui peuvent consacrer jusqu’à 75% de leur budget à leur alimentation.

L’État belge, suite à la crise bancaire, est devenu le premier actionnaire de BNP Paribas. Même si le gouvernement Di Rupo s’est explicitement engagé dans sa déclaration gouvernementale à élaborer « un cadre légal visant à éviter la spéculation abusive sur les matières premières alimentaires et énergétiques », que le ministre des Finances a été interpellé par Oxfam et d’autres ONG au sujet des outils financiers développés par BNP Paribas destinés à parier sur la faim, aucune mesure n’a été développée à ce jour pour mettre fin concrètement à ces pratiques.

Respecter la déclaration gouvernementale

Suite à la campagne publique d’Oxfam France la banque BNP Paribas a fait un geste dans la bonne direction. Au lendemain de la publication de ce rapport, la banque a décidé de suspendre 2 de ses 11 fonds spéculatifs sur le cours des matières premières agricoles. Si on peut se féliciter de cette annonce, il est nécessaire d’aller encore plus loin, et de clore définitivement l’intégralité des ses fonds.

Forcer la clôture de ces fonds spéculatifs ne pourra se faire que par la mise en œuvre de l’engagement pris par le gouvernement. La Banque a fait un premier pas sous la pression de l’opinion publique, le gouvernement se doit maintenant de prendre le relais. Oxfam, en collaboration avec d’autres ONG belges, a également commandité une étude concernant les produits spéculatifs sur les marchés agricoles proposés par les banques belges. Nous ne manquerons pas de rappeler le gouvernement à ses engagements lors de la présentation de cette étude au mois de mai prochain.

Pour en savoir plus :

- Contactez Thierry Kesteloot, responsable plaidoyer Souveraineté alimentaire, via tke(at)oxfamsol.be ou au 02 501 67 55